Sex and the City : le bonheur sur grand écran

Sex and the City - Le filmEnfin, il est arrivé! Fan de la série depuis le début, j’en ai vu l’intégralité des épisodes et la plupart au moins deux fois. J’ai toujours trouvé l’écriture extrêmement intelligente et les situations à la fois pertinentes et drôles. La série me ramenait en fait de près ou de loin à ma vie de célibataire. J’attendais donc ce film qui était annoncé depuis longtemps. Heureusement, le Rialto à Nice le jouait en anglais. Ayant pris l’habitude de voir la série en V.O., je n’aurais pas pu revenir à la version doublée.

Eh bien j’ai marché à fond. Certes, le film est plus grand grand public que la série mais il ne pouvait pas en être autrement. De plus, les quatre héroïnes étant casées au début du film, l’histoire tourne plus autour des quatre lettres de LOVE que des trois de SEX. On retrouve d’ailleurs l’esprit de comédie romantique du double épisode à Paris qui clôturait la sixième et dernière saison. Le film, tout en réservant quelques surprises, respecte complètement l’esprit de la série et c’est un vrai bonheur de passer du petit écran à une salle de cinéma. Dire que je regardais les premiers épisodes de la série tard le soir chez mes parents en essayant de ne pas rire fort pour ne pas faire de bruit !

Dès les cinq premières minutes, j’étais déjà parfaitement heureux : le parcours des trois autres filles est résumé par une série d’extraits particulièrement bien choisis qui jouent à fond leur effet « madeleine de Proust ». Et puis, avec un baiser entre hommes dès les premières images, le public gay ne pouvait qu’être acquis. Il est d’ailleurs fait plus tard allusion à l’homosexualité de Cynthia Nixon, qui joue Miranda, lors d’une scène se déroulant à la Saint Valentin. Quant au public noir, il peut s’identifier à la formidable Louise de Saint Louis. En fait, le seul calibrage qui peut irriter est celui des marques : si Carrie est bel et bien une fashion victim dans la série, on avait évité jusque-là les défilés de mode inutiles. Malgré tout cela, l’ensemble est toujours très bien écrit et j’ai marché à tous les passages émouvants du milieu du film. La fin est plus attendue mais elle nous console totalement de l’arrêt de cette extraordinaire série en y mettant un très beau point final.

Liens
Sex and the City, la fiche du film sur AlloCiné
Sex and the City, la page officielle de la série sur HBO
Sarah Jessica Parker et Lenny Kravitz : une chanson de Lenny Kravitz est au générique mais je ne l’ai pas remarquée pendant le film! En tout cas, l’actrice et le chanteur se connaissent puisqu’ils ont tourné ensemble en 2004 une pub pour Gap.
Rialto Nice, la programmation de ce cinéma UGC

Leave a Reply