Feu vert pour Green Zone

Les américains sont étonnants : sept ans après les événements d’Irak, ils en tirent déjà un film sous la forme d’un thriller accusateur. Green zone (la zone verte, quoi) est souvent comparé aux derniers volets de la trilogie Jason Bourne (… dans la peau) puisqu’il réunit l’acteur Matt Damon et le réalisateur Paul Greengrass. Effectivement, le film est terriblement efficace, très rythmé  mais on est plus saisi par l’effet de réalisme que par l’histoire elle-même.

Car on connaît le sujet, le mensonge sur les ADM, les armes de destructions massives en Irak. Or, je m’attendais à plus de complexité. Le film n’a l’air de faire porter la faute que sur le seul Pentagone, qui aurait dit au gouvernement ce qu’il voulait entendre. La responsabilité de la presse est évoquée mais on la présente comme manipulée. Enfin, la CIA est complètement dédouanée de même que, bien entendu, les soldats de terrain. Le film a sans doute été conçu comme un hommage aux soldats américains d’Irak dans une Amérique encore traumatisée. La réflexion sur la gestion de l’après-guerre est amorcée mais rien ne dit que les solutions proposées par le film auraient suffi. Sujet complexe mais très bon film.

Lien
AlloCiné bien sûr

Leave a Reply