A Nice, au premier concert de Mylène Farmer

Mylène Farmer en tournéeC’était sa première.  Mylène Farmer a répété à Nice le spectacle de son nouvel album Point de suture et elle y a lancé hier soir sa tournée. Le Nikaïa était plein même si certains ont essayé de vendre leurs places au dernier moment et alors que la deuxième date de ce soir est quasiment complète. C’était une première pour moi aussi : mon premier concert de Mylène! J’y suis allé avec ma sœur qui, elle, est fan depuis longtemps mais je connaissais évidemment tous les tubes de la pas vilaine Farmer. Alors que les mieux placés de la fosse ont campé devant le palais depuis plusieurs jours, nous étions très bien placés en gradins. Je vous livre mes impressions à chaud sans essayer de trop en dire mais si vous préférez garder la surprise, passez votre chemin 😉

En découvrant le décor, je l’ai trouvé à la fois grandiose et presque ridicule. Mylène apparaît entre deux gigantesques cadavres, elle-même portant un costume d’écorchée! Bien qu’ouvrant sur Paradis Inanimé, du dernier album, l’esthétique dominante est celle du dernier clip, C’est dans l’air, où dansent des cadavres. Les costumes d’écorchés des danseurs sont d’ailleurs très seyants 😉 Ce que j’ai préféré dans le décor, c’est finalement ces petites cases peuplées de mannequins qui, selon les éclairages et les projections, passent de l’aspect de cadavres à celui de jeunes femmes sexy. Un grand écran central montre Farmer en gros plan assez souvent pour qu’on profite bien de son visage. Mention spéciale aux lumières, notamment lors de l’étonnant tapis vert qui recouvre la fosse à un moment. De grands effets? A part un peu de pyrotechnie, il n’y en a pas tant que ça, les chorégraphies, les projections et la musique réussissant à occuper tout l’espace. Enfin, les costumes qui suivent sont tous très réussis, des robes longues très classe aux étonnants costumes noir et blanc inspirés d’un échiquier. D’ailleurs, Mylène était très en beauté ce soir.

Le plus grand atout du spectacle, c’est le choix des chansons. Les six ou sept morceaux qui sont tirés du dernier album sont bien répartis et fonctionnent de mieux en mieux lors du spectacle jusqu’à C’est dans l’air qui arrive en apothéose. En dehors de cela, que des tubes! Un peu inattendu, A quoi je sers aurait pu être un beau moment sans la grosse plantade du début, où Farmer est partie dans une autre tonalité que l’orchestre! A contrario, la voix était trop faiblement mixée pour un ou deux autres titres. Mais mettons ça sur le compte de la première 😉 D’ailleurs Mylène n’hésite pas à se mettre en danger avec trois titres, dont Ainsi soit je, où elle est accompagnée du seul Yvan Cassar aux claviers. Beaucoup d’émotion qu’elle essaie de maîtriser en chantant les yeux fermés mais qu’elle laisse finalement passer, la voix tremblante puis laissant couler sas larmes. A peine quelques mots échangés avec le public dans tout le concert mais Mylène n’est jamais distante : elle est toujours attentive à chanter pour nous et à nous faire participer. Alors quand, après XXL et Pourvu qu’elles soient douces, Libertine s’enchaine avec Sans contrefaçon puis que  Désenchantée suit… Dégénération, toute la salle est debout, chante et danse. Un petit tour et puis s’en va après un seul titre de rappel. C’est tout? Mais le concert a duré deux heures : vraiment, on ne les a pas vues passer!

Liens
Palais Nikaïa : le « zénith » de Nice à taille humaine
Mylene.net : le « site de référence » avec déjà des spoilers

2 Comments

Leave a Reply